Amener au chemin les paroles déplaisantes



  • Accepter de voir qu'elles sont le résultat d’actions passées. Ces paroles viennent parce qu’on en a semé la cause.

  • Voir le « je » qui est engagé. Une parole nous blesse mais « je » n’est pas obligé de saisir.


Le contraire de la parole déplaisante est la louange. Si la louange nous rend heureux, elle n’amène ni mérite, ni longue vie. À un niveau spirituel, elle est inutile. La vertu est plus utile.

On peut voir louanges et paroles déplaisantes comme un echo. Si on entend quelque chose de déplaisant à notre propos ou au propos de ceux avec qui sommes connectés, on peut ne pas développer de colère. Pour cela, on ne se concentre pas sur le contenu des paroles, mais plutôt sur leur sens ultime qui est l’union du son et de la vacuité, le rayonnement, l’éclat de la communication qui n’engendre pas de perturbation, de réaction émotionnelle mais plutôt un esprit clair et lucide. Il n’y aura plus de colère à cause des paroles déplaisantes, ni d’emballement pour les louanges. Ultimement, tous les sons ont la même saveur.


Extrait des 37 pratiques des Bodhisattvas

Instructions cours de relaxation sonore

12 vues
  • b-facebook